Je suis accueillie par le village réuni, au son des tambours, sous des pluies de pétales de fleurs, une grande banderole, une tente est dressée pour l’occasion ! Je reçois des « bijoux » locaux. Les femmes bénéficiaires sont enthousiastes.
Après des discours, tous préparés par la même personne, l’organisateur du projet qui est le seul qui parle anglais, nous allons visiter les réalisations du projet et le village (très pauvre). De nombreuses grandes chèvres et chevreaux en bonne santé mais comme c’est la saison sèche, il n’est pas possible de voir les jardins potagers. Je demande aux femmes de me parler. Après des remerciements, elles s’aventurent à me dire qu’elles souhaiteraient maintenant une vache (pour le lait), et un puits, car il n’y a plus d’eau dans le réservoir. (Depuis plus d’un an, il n’a quasiment plus plu. Il y a un puits dans le village voisin. Mais les femmes vont chercher l’eau chez un riche voisin qui a des vergers. Les hommes semblent tous être des ouvriers agricoles.)
D’autres donateurs soutiennent cette ONG dans les villages dont elle s’occupe. Une ONG néerlandaise a offert des vélos pour que les enfants puissent aller plus facilement à l’école dans un village voisin, ainsi qu’un atelier de couture avec une douzaine de machines à coudre.

Notre projet (de chèvres et légumes) peut être considéré comme réussi. Nous aurons certainement d’autres demandes de la part du promoteur.

Something went wrong with the twitter request!