Intervention lors de Catastrophes Naturelles

 

Séisme et Tsunami au Japan en 2011

 

Centre Albert Borschette (CCAB) – salle AB-0A – Rue Froissart, 36 – 1040 Bruxelles

 

 ACTION JAPON

Tsunami après 6 mois – Espoir et Vide de Vie

Le vendredi 11 mars, un puissant séisme suivi d’un tsunami dévastateur et d’un accident nucléaire majeur ont frappé le Japon. Dans les jours qui ont suivi, le Comité Central du Personnel, l’Association eu can aid! et le Schuman Trophy, avec le soutien personnel du Vice Président M. Sefcovic ont tenu à organiser un hommage musical aux victimes et une collecte pour manifester la solidarité du personnel des institutions de l’UE.
En quelques semaines, plus de 700 donateurs ont permis d’accumuler la somme de 22000€ qui ont été transmis à KNK-Japan, une ONG japonaise dont l’activité principale est de venir en aide aux enfants dans les pays d’Asie du sud-est. Les contributions du personnel des institutions de l’UE ont ainsi  permis de soutenir l’achat d’uniformes pour les écoliers, le soutien à une maison de jeunes dans la ville de Yamada, et à la réalisation d’activités extra-scolaires importantes pour les enfants dans ces moments tragiques à surmonter.

KNK est intervenu dans 200 écoles de la zone côtière et prévoit encore une série d’actions pour le soutien matériel et moral des enfants, par la création d’une radio locale, d’un journal  sur internet, et des actions pour reconstruire la vie associative. Le bien-être des enfants au sein des familles est une constante dans les actions entreprises par KNK et ses donateurs, au Japon comme partout ailleurs. L’action de KNK se veut dans la durée pour ne pas oublier Iwate et Fukushima.

Pour toute référence…
pour continuer à soutenir leur action consultez…
action-japon.pdf

 

Récit de notre collègue, Pierrick Fillon-Ashida,
qui s’est rendu en juillet, 4 mois après dans la zone du tsunami pour rencontrer KNK-Japan et voir les projets en cours de réalisation.

 

“Lundi 11 juillet, 8:00 du matin nous partons en voiture de Morioka, la préfecture d’Iwate proche de Fukushima pour la zone côtière. Il n’y a plus de trains en service, il faut ainsi 4 heures de voiture pour rejoindre la ville la plus importante de la zone dévastée. A peine arrivés, nous remarquons les traces très visibles de la vague infernale. Rien, il n’y a plus rien, tout a été “pulvérisé”, non seulement il n’y a plus de maisons, mais il n’y a en fait plus personnes vivant près du bord de mer apparaissant maintenant comme une vaste plaine. Sur des kilomètres et des kilomètres le même paysage se répète en passant d’un village à l’autre.
Nous nous arrêtons dans le seul restaurant de Yamada, ville de plus de 50000 habitants mais rasée de la carte. Le  restaurant vient juste d’ouvrir il y a deux jours, quatre mois après le tsunami, et le cuisinier nous montre avec fierté son installation établie dans un container. Peu de clients, mais beaucoup d’espoir. Comme le disent les rares personnes rencontrées: “gambarimasho” -“allons-y”. Mais alors comment redonner la vie?, comment vivre avec cette menace qui peut revenir de l’élément naturel?, et comment reconstruire?

La majorité des écoles heureusement placées en hauteur ont tenu, même si certaines comme à Takata, qui est l’une de celles aidées par KNK est dévastée. Les enfants ont cours dans le gymnase situé plus en hauteur que l’école et qui lui a tenu. Les classes, elles, sont dévastées: les cahiers jonchent encore le sol, le piano de l’école est retourné, les traces d’incendies sont présentes sur les murs.  Nous rencontrons les responsables de l’école pour leur parler de leurs besoins en type d’activités que KNK pourrait financer par exemple pour permettre aux enfants extrascolaire. La directrice de l’école nous fait remarquer ” nous avons besoin de refaire notre stade de foot, et pour que les enfants reprennent courage à côtoyer l’élément naturel qui leur est proche, la mer, nous souhaitons remettre en place notre Centre nautique. Mais voilà, nous avons perdu tous nos bateaux”. Comme pour redonner un élan à cette conversation pleine de projets, le directeur de KNK répond “nous maintiendrons notre effort dans la durée pour ne pas oublier Iwate et Fukushima, dans un an, dans trois ans, dans dix ans..”.

Combien de temps sera nécessaire à combler ce “vide de vie”? A Iwate, comme partout, les enfants sourient et vont à l’école.

 

 

Here the orphanage whose construction we funded during the first year of our 3 years-programme to support the NGO O… https://t.co/gSw6uOoKjE
On the #InternationalDayForEradicationOfPoverty 2021 a group of 11 European organisations  - including EU can aid -… https://t.co/tNM0GFua71
Dans les villages de Kakemenge et Mela🇨🇩 nous avons financé un projet pour aider des familles vulnérables à dévelop… https://t.co/Kc3M91JGjz
In partnership with the municipality of Bapi village🇨🇲 we financed the construction of a well🥤 Now all villagers ha… https://t.co/QeetHovDrM
Thanks to our support, Indian NGO CARD built 6 sanitary latrines and 6 bathrooms for the hostel of a Polytechnic Co… https://t.co/U1BtgnAKDE
In February 2020 we provided the MAEGA Trust, a NGO working with Dalit communities in the stone quarries of Chennai… https://t.co/o2n6Ic7iLH
We are strongly engaged in supporting recovery projects in help of local communities impacted by the COVID19 pandem… https://t.co/OVCMboiPwX
Together w/a group of parents, the Association Solidarité pour la Vie (Togo) requested and obtained our financial s… https://t.co/jS7wiBPiSH
Last year, we granted 4170 EUR to the Society for Women Education and Economic Thrust (India) to drill&install 4 bo… https://t.co/wZvaBGvovT
In May 2019 KUWA (Karusandara Union of Women Association) received € 6300 from ECA to help set up its members in mu… https://t.co/CWmkc5VVW4
Thanks to our grant, Chati Primary School in Ghana now has a new borehole and a pump! Students have now access to w… https://t.co/eiABLrTLgO